Page d'accueil du siteNavigation principaleDébut du contenu principalPlan du siteRechercher sur le site

Marche des affaires, appréciation

Les données vaudoises sont disponibles depuis le quatrième trimestre 2012. Avant cela, les données de la région lémanique sont utilisées pour estimer les résultats vaudois.

Trimestriel d'avril 2017 - Signaux positifs pour le commerce de détail

11.05.17 - Au cours du mois d’avril, la plupart des détaillants vaudois (63 %) considèrent que leur marche des affaires est stable, tandis que les 40 % restants constatent soit une amélioration (16 %) soit une détérioration (21 %). Cette situation est très proche de ce qui est constaté au niveau national.

Depuis septembre 2016, l’indicateur sur le volume des ventes s’améliore progressivement, malgré une situation contrastée. Ce sont désormais un tiers des commerçants qui annoncent des augmentations. Toutefois, si pour 40 % la situation est restée inchangée, pour un quart des répondants, les volumes se sont dégradés. D’ailleurs, la situation bénéficiaire est plus encourageante que durant l’année 2016.

Pour ces six prochains mois, un quart des détaillants s’attendent à une amélioration de la situation des affaires, contre 15 % qui pressentent plutôt une dégradation.

Enquête conjoncturelle sur le commerce de détail

Jusqu’à présent, le commerce de détail disposait seulement d’indicateurs nationaux. Le travail en commun entre la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, Statistique Vaud, la Banque cantonale vaudoise (BCV) et le Service de la promotion économique et du commerce, a permis de régionaliser cette enquête conjoncturelle. Chaque trimestre, les résultats font l’objet d’une publication regroupant des graphiques et des commentaires afin de fournir une information claire et rapidement disponible sur l’évolution de la conjoncture dans le commerce de détail du canton.

Plus de 5'000 entreprises à l’échelon national, dont 500 dans le canton de Vaud participent à l’enquête organisée par le KOF (centre de recherche conjoncturelle de l’ETH de Zurich). Afin de permettre le suivi le plus fin possible, celles-ci sont réparties en différentes branches, dont notamment le commerce de détail en magasin non spécialisé, la vente de détail de produits alimentaires en magasin spécialisé, de carburants en station service et d’équipement des technologies de l’information et de la communication (TIC). De son côté, l’évolution du chiffre d’affaires est suivie pour douze groupes : alimentation ; boissons ; tabac et articles pour fumeurs ; vêtements et chaussures ; effets personnels ; santé, soin et beauté ; aménagement du logement ; cuisine et ménage ; électronique de divertissement et de bureau ; culture et do-it-yourself et loisir. Le commerce de détail occupe une place importante dans le paysage économique vaudois avec plus de 22'600 emplois en équivalents plein temps, soit 8% des emplois vaudois.

De par sa proximité avec la frontière, le commerce de détail vaudois est en concurrence avec les détaillants de France voisine. Le secteur est donc sensible aux évolutions du cours du franc, le tourisme d’achat pouvant se développer en cas d’appréciation de la monnaie nationale. Les résultats du secteur dépendent aussi fortement du climat de consommation et du pouvoir d’achat des consommateurs. La croissance de la population, soutenue en partie par l’immigration, participe également à la réussite du commerce de détail à travers l’élargissement du cercle de consommateurs.

Partenaires